Dette grecque : pertes de 70% pour les banques et assurances françaises

Marchés financiers

Plusieurs banques et compagnies d’assurance français ont annoncé un montant de perte supérieur à 70% dans leurs comptes 2011 en raison de la décote des obligations grecques.

Dette grecque : pertes de 70% pour les banques et assurances françaisesBNP Paribas a ainsi prévu une perte de 75% comme Société Générale. Axa, pour sa part, a déprécié son portefeuille d’ obligations souveraines grecques de 78% soit au total 387 millions d’euros au titre de l’ensemble de l’année 2011. Quant à CNP Assurances, qui publiait ses résultats mercredi 22 février, il a déprécié ses obligations souveraines grecques à 70% du nominal, ce qui représente une perte de 60 millions d’euros. Globalement, les pertes comptabilisées par les créanciers privés seront égales ou supérieures à 70%.

L’opération de décote consiste en fait en un échange de titres. Pour chaque obligation, les créanciers recevront des nouveaux titres obligataires de l’Etat grec pour 31,5% de la valeur initiale. Il recevront aussi des titres à court terme émis par le Fonds européen de stabilité (FESF) pour 15%. Ce qui reste, c’est-à-dire 53,5% du prix initial, sera donc définitivement perdu.

La durée des nouvelles obligations souveraines grecques sera variable, de 11 à 30 ans, et les taux d’intérêt évolueront : les trois premières années, la rémunération annuelle sera de 2%, puis de 3% sur les 5 années suivantes et de 4,3% ensuite, jusqu’à 30 ans. Le taux proposé sera en moyenne de 3,65%, donc inférieur à la rémunération octroyée jusqu’alors.

Voir aussi nos formations:

Marché des changes – fondamentaux, outils et pratiques

Marché monétaire – fondamentaux et pratiques

Gestion des risques financiers

source: la Tribune