L’ AMF épingle les conseillers bancaires

Lois et marchés financiers

Après avoir effectué 220 visites mystères dans les banques françaises en 2013, l’ AMF estime que les conseillers bancaires apprécient encore mal les connaissances en finance de leurs clients.

L' AMF épingle les conseillers bancairesD’après cette étude de l’ AMF sur les conseillers bancaires, ni l’appétence des clients au risque ni leurs connaissances en finance n’ont été sondées dans 1 entretien sur 2. Des questions pourtant essentielles pour s’assurer que les conseils prodigués par les conseillers bancaires soient adaptés aux besoins des clients.

D’après l’ AMF, les conseillers bancaires ont également tendance à minimiser les risques des produits proposés à leurs clients, voire même, dans certains cas, ne les évoquent tout simplement pas.

Dans 1 entretien sur 2 concernant des contrats d’assurance vie et dans 3 entretiens sur 10 pour les comptes titres et les PEA, les conseillers bancaires ne présentent pas les frais à leurs clients. Et quand ces frais sont évoqués, seuls les frais d’entrée sont présentés par le conseiller bancaire, sans mentionner les charges récurrentes ( qui impactent le plus la rentabilité des placements).

L’AMF note cependant une amélioration de l’adaptation des offres aux profils des clients. L’assurance-vie reste le produit le plus fréquemment proposé. Enfin, l’ AMF relève que le PERP ( plan d’épargne retraite populaire) et le PEA ( plan d’épargne en actions) ne sont pas assez recommandés par les conseillers bancaires aux clients enclins à prendre des risques.

source: les Echos