La fiabilité des stress-tests est contestée

Valorisation des actifs financiers

contestation_stress_testQuelques jours après la publication des résultats des stress-tests – tests de solidité économique en cas de crise, des 19 plus importantes banques américaines, quelques doutes subsistent quant à la confiance que l’on peut faire en ces chiffres.

Deux éléments amènent à penser que ces résultats auraient pu être involontairement et volontairement faussés par la réserve fédérale.

Premièrement, les critères et outils de mesure retenus par la réserve fédérale pour déterminer le besoin en fonds propres des banques sont contestés par des économistes.

Deuxièmement, les banques les plus concernées par cette mesure auraient pratiqué de fortes pressions sur le gouvernement, et du lobbying, pour secrètement faire réduire les montants initialement déterminés par les régulateurs.

D’après le Wall Street Journal, le besoin d’augmentation du capital de la Bank of America s’élevait à plus de 50 milliards de dollars avant de passer finalement à 33,9 milliards, Wells Fargo aurait eu besoin de 17,3 Milliards de dollars, soit 3,6 de plus qu’annoncé. Le plus spectaculaire « changement » étant pour Citigroup, qui aurait, toujours selon le même journal, eu besoin de 35 Milliards de dollars, soit presque 7 fois plus que ce qui a été annoncé !

Malgré cela, les banques semblent d’ores et déjà avoir pris le pas de ces nouvelles mesures : Wells Fargo par exemple a déjà levé plus de la moitié de ce que le Trésor lui exigeait.